Une histoire de l'impérialisme américain en BD

Publié le 13 Septembre 2014

Cette semaine, un petit conseil de lecture pour approfondir le chapitre sur les "États-Unis et le monde depuis les 14 points du président Wilson".

 

 

Paru en 2009 aux éditions Vertige Graphic, la BD "Une histoire Populaire de l'Empire Américain" revient sur les stratégies développées par les Etats-Unis pour étendre leur influence et leur domination dans le monde depuis la fin du XIXe siècle.

Paul Buhle, maître de conférence aux départements d'histoire et de civilisations américaines de la Brown University, est à l'origine de cette adaptation du best-seller d'Howard Zinn, "Une Histoire Populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours". Toutefois, au lieu de s'intéresser à l'histoire sociale du  pays par l'intermédiaire des "voix oubliées" (comme celle, magnifique, du protest-singer Woddy Guthrie), la BD se focalise sur la mise en place de "l'empire américain". Le dessinateur politique (de gauche) Mike Konopacki complète l'équipe.

Comme dans tous ses ouvrages, H. Zinn affiche ici clairement son parti-pris. Historien et politologue, H. Zinn s'est tout au long de sa vie engagé dans des luttes politiques (il est mort en 2010 à 88 ans) : il a ainsi participé aux mouvements des droits civiques contre la ségrégation (il fut même renvoyé en 1963 du Spelman College d'Atlanta où il enseignait), a manifesté son opposition à la guerre du Vietnam (cf photo) et plus récemment a critiqué l'intervention de son pays en Irak.

Son expérience de pilote pendant le 2nd conflit mondial (il a participé à une des premières utilisations massives de napalm lors des bombardements sur Royan en août 1945), lui a inspiré un dégoût profond de la guerre, un pacifisme inébranlable et a fait de lui un historien atypique mais influent et respecté par la communauté scientifique pour le sérieux de ses analyses.

Lui-même citoyen américain (et fier de l'être), Zinn ne fait pas dans l'anti-américanisme primaire mais cherche plutôt à montrer la réalité d'un impérialisme violent, prenant ainsi le contre-pied des grands mythes de la nation à la bannière étoilée. Dans cet essai graphique, il écorne l'image d'une Amérique garante de la démocratie, défenseure des opprimés et protectrice des libertés pour montrer que la raison d'Etat (principe au nom duquel un Etat s'autorise à violer le droit au nom d'un critère supérieur) l'emporte bien souvent sur les idéaux officiellement affichés. Il témoigne, avec colère et humanisme, de la réalité concrète de la  "Destinée Manifeste" des Etats-Unis, dans laquelle la défense de principes moraux supposés universels est indissociable de celle d'intérêts économiques et politiques particuliers.

Dans cette BD, l'historien se met en scène lors d'une conférence contre la guerre en Irak. Il s'interroge tout d'abord sur l'attitude à adopter après le 11 septembre 2001 et les attentats contre les tours du World Trade Center: ""Nous pouvons tous éprouver une abominable colère contre ceux qui, selon l'idée démente que cela aiderait leur cause, ont tué des milliers de personnes innocentes. Mais que faisons-nous de cette colère ? Devons-nous réagir avec panique, frapper violemment et de façon aveugle juste pour montrer à quel point nous sommes durs ?" (p.13 du prologue). Il retrace ensuite l'histoire des conflits menés par son pays, depuis le massacre des indiens à Wounded Knee en 1890 qui achève la conquête du territoire états-unien ("l'empire intérieur"), jusqu'à la "guerre contre le terrorisme" lancée par George W. Bush en 2001. Il revient ainsi sur la lutte indépendantiste cubaine contre les espagnols dans les années 1890, l’invasion des Philippines (1898), les deux Guerres mondiales, la Guerre Froide et ses conflits périphériques (au Vietnam, en Amérique latine...), les interventions au Moyen-orient (comme avec l'opération "Ajax" pour renverser le 1er ministre irainen Mossadegh)... Zinn revient aussi sur quelques-uns des épisodes douloureux de l'histoire intérieur des Etats-Unis: l'écrasement des syndicats par les grands capitalistes, le mouvements contre la ségrégation raciale, les luttes pour l'émancipation des femmes, le scandale du Watergate... On y découvre les acteurs de l'interventionnisme yankee (les présidents et leurs conseillers, le pentagone et le complexe militaro-industriel, la CIA, les grands patrons de Wall-Street...) ainsi que le rôle des simples citoyens dans l'éveil des consciences face à la guerre et face aux manoeuvres de leur gouvernement.

Véritable réquisitoire contre la politique étrangère états-unienne, Une Histoire Populaire de l'Empire Américain nous montre donc l'envers du rêve américain et met en exergue une "autre histoire" des Etats-Unis, une histoire faite de massacres et de mensonges. Synthétique et parfois moralisatrice, cette oeuvre n'en demeure pas moins juste et puissante. Fruit d'une vie de travail et d'activisme, elle témoigne de la colère et de révolte mais aussi de l'espoir d'un homme amoureux de la paix, de la justice et fervent partisan de la "désobéissance civile".

 

UNE HISTOIRE POPULAIRE DE L’EMPIRE AMÉRICAIN d’Howard Zinn, Mike Konopacki et Paul Buhle. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Barbara Helly. Ed. Vertige Graphic, 288 p.

 

 

Pour prolonger:

- H. Zinn, La bombe. De l’inutilité des bombardements aériens, Lux Éditeur, 2011.

- H. Zinn, Une Histoire populaire des États-Unis. De 1492 à nos jours, Agone, coll. « mémoires sociales », 2002.

- L'Homme qui a fait tomber Nixon (2009). Un très bon documentaire sur les mensonges du Pentagone justifiant la guerre du Vietnam et en filigrane sur l'engagement citoyen (on y retrouve d'ailleurs H. Zinn en inusable militant de la démocratie)

http://www.dailymotion.com/video/xd6fxi_daniel-ellsberg-et-les-dossiers-sec_news

 

Rédigé par Team Histoire-Géo

Publié dans #divers histoire

Repost 0
Commenter cet article

Anonyme 26/09/2014 11:23

Amazing