Sur la route avec Caro - épisode 1

Publié le 17 Septembre 2017

Sur la route avec Caro :

Épisode 1 : la rencontre

 

 

Il est 15h à Eaubonne et 9h à New York lorsque nous commençons notre premier Skype avec Caroline, confortablement installée dans "le café le plus cool de Brooklyn"! Un peu intimidés au départ, l'enthousiasme et la fraîcheur de notre "envoyée spéciale" délient vite les langues; premiers échanges, premières questions, premiers rires... Le voyage commence plutôt bien.

Une fois les présentations faites et quelques interrogations pratiques résolues (budget, type de logement, maitrise de l'anglais...), Caroline nous explique ce qui l'a motivé à entreprendre ce périple à travers les États-Unis.

 

Le café "le plus cool de Brooklyn"... Music for Coffee People!

 

Parcourir le pays et en découvrir la richesse naturelle tout d'abord. Marqués par l'immensité (près de 10 millions de km carré) et la diversité des milieux géographiques (des sommets des Rocheuses aux forêt de séquoias de Californie en passant par la bayou de Louisiane et les plaines arides du Texas), les États-Unis possèdent en effet un patrimoine naturel exceptionnel, d'ailleurs largement préservé et mis en valeur (rappelons par exemple que le parc de Yellowstone créé en 1872 fut le premier parc naturel au monde). C'est donc l'expérience de la "route" et celle du "wilderness" qui attendent Caroline dans les prochaines semaines, expériences au cœur de l'histoire et du mythe américain : des pionniers face à la nature sauvage, de la conquête de l'ouest, du western et du "road movie, genre cinématographique typiquement américain et tout à fait représentatif de leur rapport à l'espace.

 

Sa motivation principale semble toutefois être d'ordre culturelle. Les photos de ses premières balades new-yorkaises en témoignent : Manhattan, Time Square, le Brooklyn Bridge, Central Park, la skyline et les taxis jaunes, autant de noms et d'images qui nous sont familières, autant de lieux que le cinéma, la télévision ou la musique ont transformé en mythes. C'est à ces mythes et à ces héros qui identifient les métropoles américaines et leur donnent leur rayonnement que Caroline a voulu se confronter, à ces mythes qui ont forgé son (notre) imaginaire et sa (notre) personnalité, à ces mythes qui font des États-Unis une puissance fascinante et absolument sans égale sur la planète. Elle évoque ainsi sa visite du Metropolitan Museum of Art (un des plus grands musées au monde, situé à Manhattan sur la 5ème avenue, où l'on peut admirer des œuvres de Picasso, Warhol, Lichtenstein...) et de la Public Library (la plus importante bibliothèque de New York), ses prochains concerts (Jay-Z, les Red Hot Chili Peppers). L'étendue du patrimoine culturel et le foisonnement de la vie artistique de la "grosse pomme" sont impressionnants.

 

Le portrait de Jay-Z dans une des salles de la Public Library

 

Le foisonnement de Time Square, coeur de la Big Apple

 

Sur le toit du MET. En face, Central Park et la Skyline.

 

Le Chrysler Building

Caroline s'intéresse enfin à la société américaine et aux individus qui la composent. Répondant à nos questions, elle aborde tout d'abord la manière dont le mandat de Donald Trump est vécu par les new-yorkais. Ces derniers, qui sont très majoritairement opposés au nouveau président (même les républicains!), semblent nombreux à prévoir le déclenchement d'une procédure d'impeachment à son encontre (procédure de mise en accusation permettant au pouvoir législatifs de destituer le chef de l’État). Mais, comme le note Caroline, "New York, ce n'est pas les États-Unis"...

Elle évoque ensuite l'atmosphère de la ville lors des commémorations du "9/11" (attentats du groupe islamiste Al-Qaïda contre les tours du World Trade Center en 2001). Si la journée est ponctuée par plusieurs cérémonies (certaines étant réservées aux familles des victimes, d'autres rassemblant une foule impressionnante), Caroline remarque surtout que la ville n'est pas "arrêtée" (la journée n'est d'ailleurs pas fériée), que l’effervescence urbaine quotidienne a manifestement repris ses droits. Le soir, deux puissants rayons lumineux transpercent le ciel, évoquant tout à la fois les tours disparus et la renaissance de la ville après le drame.

 

Rayons lumineux symbolisant les tours du World Trade Center pour les commémorations des attentats du 11 septembre 2001.

 

Pour conclure l'entrevue, nous demandons à Caroline quels sont les monuments, personnalités et musiques qui incarnent à ses yeux le mieux New-York. Pas évident... Après quelques hésitations elle se lance : le "Chelsea hotel" et la Flat Iron Building, l'acteur Al Pacino et la chanteuse Kim Gordon du groupe Sonic Youth. La sonnerie retentit avant de pouvoir développer davantage, il est l'heure de nous quitter.

A la semaine prochaine, en direct de Chicago!

 

 

Rédigé par Team Histoire-Géo

Publié dans #Sur la route avec Caro

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article