Sur la route avec Caro - épisode 6

Publié le 10 Novembre 2017

Sur la route avec Caro

Épisode 6 : Seattle - Portland

 

 

Nous retrouvons Caroline pour notre skype hebdomadaire en direct de la côte ouest. Notre envoyée spéciale a posé ses valises quelques jours chez une de ses amis installée à Seattle avant de reprendre la route pour Portland. Ces deux métropoles comptent aujourd'hui parmi les plus dynamiques et les plus attractives du pays et s'imposent progressivement comme des centres de gravité majeurs de l'économie et du territoire états-unien. Par son récit, Caroline nous fournis de nombreuses clés pour comprendre cet essor urbain.

 

Welcome in Seattle

 

Rappelons tout d'abord que Seattle et Portland, qui comptent respectivement 700 000 et 600 000 habitants environ, connaissent depuis une trentaine d'années une croissance démographique impressionnante. Les deux métropoles ont en effet vu leur population augmenter de près de 200 000 personnes chacune depuis le début des années 1980 ! Ce phénomène est d'ailleurs commun à presque toute les aires urbaines du sud et de l'ouest de pays (Floride, Texas, Arizona et Californie en particulier). Celles-ci attirent les migrants internes originaires des agglomérations la côte est et de la Manufacturing Belt de plus en plus répulsive (il suffit de se rappeler de l'exemple de Detroit évoqué dans l'épisode 3) ainsi que les flux migratoires externes en provenance d'Asie et d'Amérique latine. Si le nord-est demeure la partie plus densément peuplée du pays, nous assistons actuellement à un rééquilibrage du peuplement américain au profit du croissant périphérique de la « Sun Belt » (de la Floride à l'Etat de Washington).

 

L'évolution démographique des aires urbaines aux États-Unis

 

Cette dénomination de « Sun Belt » nous fournit un premier élément d'explication quant à l'attractivité nouvelle de ces régions. Elles offrent en effet un certains nombres d'aménités environnementales (climat chaud et ensoleillé, présence de la mer et/ou de la montagne...) qui répondent aux modes et aux goûts actuels en terme de cadre de vie. Les hivers chauds et secs ainsi que la proximité des Caraïbes attirent un grand nombre de retraités aisés en Floride, les vagues de l'océan Pacifique et la douceur du climat méditerranéen qui sévit en Californie en font une destination privilégiée, tout comme les forêt verdoyantes et les superbes côtes rocheuses de l'Oregon et de l’État de Washington... Après la neige et le froid des grands espaces du nord, Caroline se réjouit d'ailleurs de pouvoir enfin profiter de conditions météorologiques plus clémentes. Ce ne fut que partiellement le cas, Seattle comptant plus de 150 jours de pluie par an, ce qui en fait une des villes les plus arrosées du pays !!

 

La côte Pacifique au sud de Portland

 

Il serait toutefois simpliste et surtout inexacte de réduire « l'effet Sun Belt » à des conditions géo-physiques favorables. En effet, l'attrait pour ces régions périphérique tient surtout au dynamisme économique dont elles font preuve depuis quelques décennies. A l'instar de la Californie et de sa célèbre Silicon Valley, Seattle et Portland sont devenues des centres d'activités et de décisions majeurs grâce à l'implantation de puissantes entreprises multinationales. Caroline nous rappelle ainsi que Seattle abrite les sièges sociaux de Starbucks, Amazon, T-Mobil et Microsoft (fondé par Paul Allen et Bill Gates). On y trouve également deux usines Boeing, entreprise dont le quartier général a longtemps été localisé dans la métropole avant de déménager à Chicago en 2001, ainsi que des firmes spécialisées dans les biotechnologies. L'économie de Portland est quant à elle principalement portée par le secteur du vêtement de sport (on y trouve le siège social de Nike !) et par celui de l'informatique et du multimédia dont les activités sont regroupées dans le technopole de la Silicon Forest. Les grandes enseignes précédemment citées sont d'ailleurs au programme des visites de Caroline : un passage dans la boutique de sneakers Nike où sont exposées toutes les Air Jordan depuis l'apparition du modèle, une petite pause dans le premier café Starbucks, un peu de shopping dans la boutique Amazon et son nouveau moyen de paiement révolutionnaire (que nous ne prendrons pas le risque d'essayer de vous expliquer!)... En profitant du dynamisme des activités liées aux industries de pointe, aujourd'hui principales moteurs de l'économie américaine, ainsi qu'en concentrant les centres de commandement de grandes FMN, Seattle et Portland sont devenues des pôles économiques attractifs et influents à l'échelle du globe.

 

Le CBD de Seattle

 

Le rayonnement de ses métropoles est enfin lié à leur identité culturelle, à leur « image » positive qui en font des villes « à la mode ». Caroline nous énumère ainsi les nombreuses boutiques de produits bio, les « coffee shops », bars branchés et autres « concept stores » implantés dans le centre ville... Leur réputation est ainsi largement fondée sur leur politique écologique volontariste : villes « vertes », Seattle et Portland recyclent la grande majorité de leurs déchets, développent les transports peu polluants (métro, voiture électrique, pistes cyclables...), soutiennent la création de jardins et potagers communautaires, encouragent les éco-constructions... Leur renommée tient également à la législation spécifique en vigueur en Oregon et à Washington, deux États où la consommation médicale et récréative du cannabis est autorisée (Caroline prend bien évidemment soin de nous rappeler la dangerosité de ces produits). Notre envoyée spéciale évoque enfin le cosmopolitisme qui règne dans ces villes et qui renforce leur image d'ouverture et de tolérance, Ce multiculturalisme est lié à la présence de membres de la diaspora asiatique (très présente sur la côte Pacifique), de travailleurs qualifiés venant du monde entier attirés par les opportunités économiques offertes par les métropoles (le fameux « Brain Drain ») ainsi qu'à l'arrivée de migrants latinos employés dans les usines, les activités de service et les fermes de la région. Bref, Caroline est loin de l'Amérique de Donald Trump...

 

Seattle by night

 

L'entrée du Chinatown de Portland

 

Lors de notre skype, nous avons la chance de pouvoir échanger avec l'hôte de Caroline, originaire de Nantes et installée à Seattle depuis une vingtaine d'années. Nous en profitons donc pour l'interroger sur les facteurs qui l'ont motivé à élire domicile dans la « cité émeraude ». Sa réponse confirme nos propos précédents : des opportunités professionnelles, une ville agréable, proche de l'océan et de parcs naturels (comme celui du Mont Rainier qui domine la ville), une population accueillante et une ambiance détendue. Le retour en France ne semble absolument pas à l'ordre du jour !

 

L'entrée du parc national du Mont Rainier, stratovolcan qui domine Seattle
 

Le dynamisme de Seattle et Portland a toutefois ses revers. La gentrification des quartiers centraux, lié à l'implantation d'activités économiques porteuses et donc à l'arrivée d'une main d’œuvre qualifiée et aisée, a entrainé le départ des catégories sociales plus modestes vers la périphérie, qui s'est de ce fait considérablement étendue. Cette éviction des populations les plus fragiles a accru à la fois la ségrégation socio-spatiale et la distance des migrations pendulaires domicile-travail. Ces déplacements sont rendus d'autant plus difficiles que la croissance démographique rapide a engendré des problèmes de circulation quotidiens (embouteillages...) que les efforts des autorités municipales en terme d'amélioration des transports en commun ne parviennent pour l'instant pas à résorber.

 

"Velib" à Portland

 

Caroline remarque aussi le grand nombre de personnes sans abri, concentrées dans certains quartiers de la ville (bien plus en tous cas que dans les métropoles du nord-est). Cette réalité nous rappelle que les États-Unis, 1ère puissance mondiale, ont aussi leur face sombre : celle des exclus et des marginalisés, des laissés pour compte et des oubliés de la croissance. Le rêve américain n'est pas pour tout le monde...

 

La tombe de Jimi Hendrix à Seattle

 

Et puis il y a encore une fois la musique, fil conducteur du voyage de Caroline. Et dans ce domaine, Seattle est absolument incontournable. La métropole a en effet vu grandir deux des plus grands artistes de la planète rock : Jimi Hendrix et Kurt Cobain. Le premier marque a tout jamais l'histoire de la musique par son jeu de guitare incandescent et la richesse de ses compositions mêlant héritage blues et influences psychédéliques. La mise à feu de sa guitare à la fin de son concert lors du festival de Monterey en 1967 et son interprétation antimilitariste du Star Strangled Banner lors du festival de Woodstock de 1969 le font définitivement entrer dans la légende... Kurt Cobain quant à lui a été un des principaux artisans de l'émergence du grunge, style musical proche du punk (guitare saturée et distordue, textes rebelles...) mais avec des changements de nuances beaucoup fréquents (tempo lent, influence du heavy metal et du rock alternatif..;), au début des années 1990. Le succès colossal de Nevermind, 2ème album de son groupe Nirvana (trio qu'il forme avec Dave Grohl et Krist Novoselic), propulse la scène rock de Seattle sur le devant de la scène internationale (Alice in Chains, Soundgarden, Pearl Jam...). Cobain devient une véritable rock star planétaire qui suscite l'hystérie à chacun de ses concerts. Les deux hommes meurent à 27 ans, au firmament de leur carrière, rongés par la célébrité.

 

Caroline devant le banc servant de mémorial à Kurt Cobain, Viretta Park, Seattle

Rédigé par Team Histoire-Géo

Publié dans #Sur la route avec Caro

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article