Il y a cent ans, la France et la Grande-Bretagne se partageaient le Moyen-Orient (lemonde.fr)

Publié le 27 Avril 2020

Il y a cent ans, la France et la Grande-Bretagne se partageaient le Moyen-Orient

 

La conférence de la Société des Nations en avril 1920 à San Remo (Agence Meurisse, BNF/Gallica.fr)


"Cela fait aujourd’hui cent ans que la France et la Grande-Bretagne se sont partagé le Moyen-Orient. Ce centenaire sera pourtant bien peu marqué, car la mémoire collective associe un tel partage aux accords Sykes-Picot, conclus quatre ans plus tôt entre les négociateurs anglais et français qui leur ont donné leur nom. Ces accords secrets, signés durant la Première guerre mondiale, n’ont pourtant jamais été appliqués. Il faut attendre la conférence internationale de San Remo, en avril 1920, pour que la France et la Grande-Bretagne obtiennent la Syrie et le Liban, pour la première, la Palestine et l’Irak, pour la seconde.

 

Sykes-Picot, des accords restés lettres morte.

 

Doc.1 : Le Moyen-Orient en 1914

 

Doc.2 : Le projet de redécoupage politique du Moyen-Orient par les accords Sykes-Picot de 1916 (lhistoire.fr)

 

Le centenaire de la Première guerre mondiale a vu en 2016 toute une série de manifestations et de publications consacrées aux accords Sykes-Picot comme fondateurs du Moyen-Orient moderne. Le fait que Daech, le bien mal-nommé « Etat islamique », prétendait alors « effacer » les « frontières de Sykes-Picot » dans le cadre de son supposé « califat » a accentué l’intérêt pour de tels accords secrets. La réalité est cependant qu’ils n’ont jamais été mis en oeuvre. Ils prévoyaient en effet, comme le montre la carte ci-dessus (doc.2), le contrôle direct de la Grande-Bretagne sur les seules régions de Bagdad et de Bassora en Irak, avec une « zone d’influence » bien plus vaste. Quant à la France, son contrôle direct se serait exercé sur le littoral syro-libanais, mais surtout sur la Cilicie, au sud-est de la Turquie actuelle, à forte population arménienne (les accords ont été négociés alors même que le génocide arménien était en cours). La « zone d’influence » de la France aurait, elle aussi, été bien plus vaste. Quant à la Palestine, elle aurait bénéficié d’un statut international.

Ces accords franco-britanniques de mai 1916 violent l’engagement souscrit un peu auparavant par Londres et Paris envers les nationalistes arabes: un « royaume arabe » sera établi, à Damas, sur les provinces libérées de l’Empire ottoman; en contrepartie de cet engagement, une insurrection arabe, partie d’Arabie en juin 1916, contribue effectivement à la campagne des Alliés contre l’armée ottomane, souvent encadrée par des officiers allemands. Mais la Grande-Bretagne apporte son soutien, en novembre 1917, à « l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif ». Cette « déclaration Balfour » contredit les engagements pris par Londres envers Paris comme envers les Arabes. Ces trois promesses contradictoires se neutralisant, le Royaume-Uni établit son administration militaire sur le Moyen-Orient où, en octobre 1918, l’Empire ottoman capitule.

 

L’acte fondateur de San Remo

Doc.3 : Le partage du Moyen-Orient suite à la conférence de San Remo de 1920 (lhistoire.fr)

 

Le Moyen-Orient en 1925

 

Le président américain Woodrow Wilson, qui engage les États-Unis aux côtés de la Grande-Bretagne et de la France en 1917, plaide, à la fin du conflit mondial, en faveur d’une « Société des Nations » qui consacrerait le droit des peuples à l’autodétermination. Mais la vague isolationniste qui traverse son pays en 1919-20 entraîne le désaveu de Wilson par le Sénat. Les États-Unis sont dès lors absents de la SDN qui, au lieu de promouvoir le droit des peuples, apporte sa caution aux visées impérialistes de Paris et de Londres au Moyen-Orient. C’est dans cet esprit qu’une conférence se déroule, du 19 au 26 avril 1920, à San Remo, villégiature italienne, à une quarantaine de kilomètres de Monaco, choisie pour la qualité de ses infrastructures hôtelières. Les délégations de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Italie, de la Belgique, du Japon et de la Grèce représentent le Commandement suprême allié. Peu leur importe que l’indépendance d’un Royaume arabe ait, le mois précédent, été proclamée à Damas, sur la base d’une constitution respectueuse des droits des minorités.

Seule compte en effet pour les participants à San Remo la définition des « mandats » que la SDN va confier à la France et à la Grande-Bretagne au Moyen-Orient. La philosophie de tels mandats est d’accompagner vers l’indépendance les Etats concernés, mais leur réalité est l’imposition d’une tutelle coloniale d’un type nouveau. Le 25 avril 1920,  les participants conviennent d’attribuer des mandats de la SDN à la France sur la Syrie et à la Grande-Bretagne sur l’Irak et la Palestine. Le lendemain, la conférence valide l’ensemble de ses conclusions, dans la perspective du traité de paix qui sera signé plus tard avec l’Empire ottoman. Dès le mois de juillet 1920, les troupes françaises font mouvement de Beyrouth vers la Syrie pour y écraser les nationalistes de Damas. Sur les ruines de leur « royaume arabe », la France divise la Syrie entre un « Grand-Liban », un « Etat de Damas », un « Etat d’Alep », un « Etat des Alaouites » et un « Etat des Druzes ». La Grande-Bretagne doit aussi faire face à un soulèvement nationaliste en Irak, finalement étouffé en octobre 1920. Ce n’est qu’en 1922 que Londres établit l’état-tampon de Transjordanie entre ses deux mandats de la Palestine et d’Irak, tout en intégrant la « déclaration Balfour » dans son propre mandat sur la Palestine.

C’est donc bien au grand jour, en 1920 à San Remo, plutôt que dans les conciliabules secrets de 1916 que la France et la Grande-Bretagne se sont partagé le Moyen-Orient. Les conséquences d’un tel diktat continuent de peser sur la région jusqu’à aujourd’hui. Une leçon à méditer en ce jour de centenaire."

Jean-Pierre Filiu (historien, spécialiste du Moyen-Orient), lemonde.fr, le 26.04.2020

 

Doc.4 : Des accords Sypes-Picot à nos jours (P.Rekacewicz, monde-diplomatique.fr)

 

Lien : https://www.lemonde.fr/blog/filiu/2020/04/26/il-y-a-cent-ans-la-france-et-la-grande-bretagne-se-partageaient-le-moyen-orient/

 

Questions : le Moyen-Orient après la 1ère Guerre mondiale.

 

A partir du texte et des cartes ci-dessus, répondez aux questions suivantes :

1. En quoi la 1ère Guerre mondiale modifie-elle l'ordre (géo)politique de la région? (qui dominait la région avant le conflit? après?)

2. Que prévoyaient les accords Sykes-Picot et le traité de San Remo? Quelles différences existe-t-il entre les deux projets?

3. Pourquoi la région est-elle stratégique pour les puissances occidentales?

4. Pourquoi l'auteur qualifie-t-il les "promesses" des britanniques de "contradictoires" (l.19)? Quelles en furent les conséquences?

5. Quels sont les 4 principaux facteurs de crise et de tensions dans la région (répondez en 4 mots!)

 

 

 

 

Rédigé par Team Histoire-Géo

Publié dans #Histoire monde, #Exercice

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article