Radio et télévision au XXème siècle : des outils de gouvernement.

Publié le 13 Octobre 2021

RADIO ET TÉLÉVISION AU XXème SIÈCLE : DES OUTILS DE GOUVERNEMENT

(HGGSP Première)

 

L'appel du général de Gaulle le 18 juin 1940 (ce cliché, souvent utilisé comme illustration du célèbre discours radiodiffusé, a en réalité été prise postérieurement.)

 

Tract intitulé "Français, veillez à votre poste radio" largué par la Royal Air Force en août 1940

 

Après "l'âge d'or de la presse" (de 1810 à l'entre-deux-guerres), la radio puis la télévision vont successivement s'imposer comme les médias de masse dominants dans la société française. L'audiovisuel se démocratise, notamment pendant les 30 Glorieuses, et le contrôle de l'information devient un enjeu majeur pour le pouvoir politique

=> comment l'audiovisuel est-il contrôlé et utilisé par le pouvoir politique?

 

I - L'audiovisuel sous contrôle.

 

A partir de juin 1923, l’État met en place un monopole sur "les communications par signaux" : si les radios privées sont autorisées (comme Radiola), les pouvoirs publics ont leurs propres stations (Radio Tour Eiffel par exemples) et contrôlent les ondes. La censure est d'ailleurs appliquée dés octobre 1923 à l'encontre de l'émission "Journal Sans Fil" de Léo Poldès diffusée sur Radiola.

Après guerre, l'ordonnance du 23 mars 1945 établit le monopole d'État sur les stations de radio. L'ORTF est sous la tutelle du ministère de l'information (dirigé par Alain Peyrefitte de 1962 à 1966) qui donne ses consignes aux journalistes (il leur conseille par exemple d'agir en « français » au moment de couvrir les combats entre français et tunisiens à Bizerte en 1961).

L'usage que fait le général de Gaulle de l'audiovisuel public est emblématique de cette main-mise du pouvoir politique sur ces nouveaux médias de masse. Il intervient par exemple 59 fois à la télévision pendant sa présidence (de 1958 et 1969), aussi bien pour des conférences de presse et que pour des allocutions lors des périodes de crise.

 

Document 1 : des français en train de regarder une allocution télévisée du Général de Gaulle (1960's)

 

Document 2 : le Général de Gaulle lors de son allocution radio-télévisée du 23 avril 1961, le lendemain du putsch commis à Alger par des généraux de l'armée française (Challe, Salan, Zeller et Jouhaud) avec l'appui du 1er régiment de parachutistes. (https://www.ina.fr/video/CAF94060216)

 

Document 3 : des soldats français stationnés en Algérie en train d'écouter le l'allocution du Général de Gaulle le 23 avril 1961.

 

Document 4 : la Maison de la Radio, siège de l'ORTF, inauguré en décembre 1963


 

 

II - Contestation et libération progressive de l'audiovisuel public.

 

Face à l'emprise du pouvoir politique sur l'audiovisuel, des contestations s'élèvent. Des journalistes, des homme politique de l'opposition et une partie de l'opinion publique réclament davantage d'ouverture et d'indépendance à la radio et à la télévision.

Dans le domaine politique par exemple, les progrès sont lents. Il faut attendre les élections présidentielles de 1965 pour voir un candidat de l'opposition à l'écran et le fameux débat de l'entre-deux-tours n'apparait qu'en 1974.

La crise de mai 1968 témoigne et symbolise cette remise en cause du monopole de l’État sur l'audiovisuel. S'y exprime des critiques et des aspirations à une plus grande liberté et s'y joue aussi la bataille de l'information où certains médias se positionne en contre-pouvoir.

 

Document 1 : "Rites et coutumes de la Cinquième", la conférence de presse selon De Gaulle. Dessin de Jean Effel publié dans l'Express, le 30 janvier 1964.


Document 2 : affiches étudiantes placardées dans Paris pendant la crise de mai 1968

 

 

Document 3 : les voitures d'Europe 1 et RTL arrivent boulevard Saint-Germain (Paris) pour couvrir la manifestation du 6 mai 1968. (https://www.ina.fr/video/CAC98020524)

 

Document 4 : premier débat télévisé de l'entre-deux-tours des l'élection présidentielle entre F.Mitterrand et V.Giscard d'Estaing, 1974.

 

 

III - L'audiovisuel, un outil de communication politique.

 

La télévision est progressivement devenue un espace de débat et un instrument de campagne essentiel que les candidats doivent apprendre à maitriser. La manière de faire de la politique s'en trouve bouleversée : l'impact de la télévision est tel que les hommes politiques se muent en véritables communicants, soignent leur image et affinent leurs éléments de langage.

 

Document 1 : Bernard Tapie, Paul Amar et Jean-Marie Le Pen lors du journal télévisé de France 2 (1994). Le journalistes offre des gants de boxe à ses invités en ouverture du débat.

 

Document 2 : Jean-Luc Mélenchon sur le plateau de l'émission "Touche Pas à Mon Poste" en 2013.

 

Document 3 : "le grand débat" entre les 11 candidats à l'élection présidentielles 2017, le 4 avril 2017 sur BFMTV et CNews.

 

Document 4 : allocution télévisée du président de la République pendant la crise du coronavirus, le 16 mars 2020.

 

 

Rédigé par Team Histoire-Géo

Publié dans #HGGSP Première

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article