T1 - Chapitre 3 : La Seconde Guerre mondiale (1ère partie)

Publié le 5 Janvier 2021

Thème 1 – FRAGILITÉS DES DEMOCRATIES, TOTALITARISMES ET SECONDE GUERRE MONDIALE (1929-1945)

 

Chapitre 3 : La Seconde Guerre mondiale (1ère partie)

 

Le débarquement Alliée en Normandie, 6 juin 1944. Photographie de Robert Capa.

 

Quelques chiffres pour commencer.

- plus de 60 millions de morts (soit 2,5 % de la population mondiale)

- 25 millions de soviétiques (dont 15 millions de civils), 20 millions de chinois (dont 16 millions de civils), 8 millions d'allemands et 2,7 millions de japonais.

- environ 60% des morts sont des civils.

-  6 millions de Juifs assassinés (les 2/3 de la population juive européenne), ainsi que 250 000 tsiganes (1/3 de la population de 1939).

- 90% des juifs polonais sont exterminés.

 

=> Comment expliquer un tel bilan?

=> Comment se caractérise la violence de la Seconde Guerre mondiale?

=> En quoi peut-on parler  de "guerre totale", de "guerre d'anéantissement" et de "guerre d'extermination"?

 

I - UNE GUERRE A L'ECHELLE MONDIALE.

 

=> Quelles sont les origines de la guerre?

=> Quelles sont les grandes phases du conflit et comment se diffuse-t-il au monde entier?

 

A - La marche à la guerre

 

1. Les bouleversements de l'entre-deux-guerre : la montée des périls.

 

Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale résulte des tensions et des crises internationales qui marquent la période l'entre-deux-guerre.

- La crise économique des années 1930 entraine le repli sur soi de nombreux États (par des mesures protectionnistes ou des stratégies autarciques comme en Allemagne) et des mouvements sociaux qui fragilisent les pouvoirs en place (comme en Allemagne avec la République de Weimar ou en France lors des troubles de février 1934).

- Le traumatisme de la Première Guerre mondiale est encore vivace dans les pays vaincus (Allemagne) ou "déçus" (Italie) dont les dirigeants développent un discours conquérant et belliqueux. Hitler cherche à effacer l'humiliation de la défaite ("coup de poignard dans le dos") et du "diktat" de Versailles alors que Mussolini veut faire oublier la perte des provinces irrédentes ("victoire mutilée") par de nouvelles conquêtes.

- L’affirmation de régimes totalitaires remet en cause l’équilibre diplomatique défini par le traité de Versailles de 1919. L'Allemagne, qui mène une politique de réarmement et multiplie les coups de force, se rapproche ainsi de l'Italie en 1936 (c'est la naissance de "l’Axe Rome-Berlin" que rejoindra le japon en 1940). La guerre d’Espagne (1936-39) met d'ailleurs indirectement aux prises soviétiques et fascistes.

 

Carte postale "Les bons amis les Trois" publié au Japon en 1938. En haut, les photos de Hitler, de Premier Ministre Konoe et de Mussolini.

 

- En Allemagne, en Italie et au Japon, l'expansionnisme territorial est au cœur des projets idéologiques et politiques. Hitler cherche à constituer une grande Allemagne par l'extension du "lebensraum", Mussolini veut redonner à l'Italie sa grandeur passée par des conquêtes coloniales et le Japon mène une politique impérialiste  pour affirmer sa domination sur l'Asie et pour assurer son approvisionnement en ressources (l'archipel étant largement dépourvu de matières premières) nécessaires à son développement industriel et militaire

- La Société Des Nations fondée en 1919 et censée garantir la paix ne parvient pas à faire respecter ses décisions (cf le réarmement allemand) ni à réguler les conflits internationaux. Rappelons que la SDN ne dispose pas de forces armées et que les États-Unis, première puissance mondiale, n'en sont pas membres. Le Japon et l’Allemagne la quittent en 1933 et l’Italie en 1937.

 

Caricature de Paul Iribe montrant Hitler narguant la SDN (1935)

 

2. L'escalade belliciste et le déclenchement du conflit.

 

A partir du milieu des années 1930, la multiplication des coups de force et des provocations par les trois puissances de l'Axe entraine le déclenchement du conflit.

- Le Japon envahit la Mandchourie dés 1931 et déclare la guerre à la Chine en 1937 (nombreux historiens considèrent d'ailleurs cette date comme le véritable début du conflit). L'armée nippone, qui fait la démonstration de sa violence lors du massacre de Nankin en janvier 1938 (300 000 prisonniers et civils sont massacrés, les femmes sont violées...), voit sa progression arrêter lors de la bataille de Wuhan (de juin à octobre 1938) au cours de laquelle les chinois stabilisent le front.

-L'Italie mène également une politique de conquête et d'expansion. En mai 1936, Le roi d'Italie Victor-Emmanuel III est proclamé empereur d'Éthiopie. En avril 1939, en réponse aux annexions nazies, les fascistes attaquent l'Albanie et prennent le contrôle du pays en quelques jours.

- Le régime nazi annexe l'Autriche en mars 1938 (c'est l'Anschluss) puis les Sudètes au dépens de la Tchécoslovaquie au nom de la "Grande Allemagne" réunissant toutes les populations germanophones. Le 1er septembre 1939, après avoir signé un pacte de non-agression avec l'URSS (aout 1939), l'Allemagne envahit la Pologne. Le 3 septembre, la France et la Grande-Bretagne (alliés de la Pologne) déclarent la guerre au IIIe Reich...

 

L'expansionnisme japonais (source : le Monde Diplomatique)

 

B - Les victoires de l'Axe (1939-42)

 

1. L'attaque de la Pologne et la blitzkrieg.

 

Le 1er septembre 1939, la Wehrmacht franchit la frontière polonaise et attaque Dantzig, territoire perdu à la suite du traité de Versailles.

- L'armée du Reich progresse rapidement et écrase la Pologne en 4 semaines seulement. Surprise par l'attaque allemande, la Pologne doit dans le même temps faire face à une offensive soviétique à l'est. A la fin du mois de septembre, la Pologne est entièrement occupée par les deux puissances.

- La rapidité de la conquête de la Pologne est largement liée à la tactique de la "guerre éclair" ("blitzkrieg") mise en œuvre par le régime nazi, tactique militaire consistant à frapper en profondeur la capacité militaire, économique ou politique d'un pays par l'engagement combiné d'un puissant ensemble de forces motorisées, terrestres et aériennes. A la différence du premier conflit mondial où les soldats étaient littéralement enlisés dans les tranchées, la "guerre éclair" n'est pas une guerre d'occupation, mais une guerre de pénétration rapide et de destruction.

- Entre septembre 1939 et le printemps 1940, le front de l'ouest ne connait aucun affrontement majeur. Les français sont retranchés derrière la ligne Maginot (ligne de fortifications construite le long de la frontière avec la Belgique, le Luxembourg, l'Allemagne, la Suisse et l'Italie de 1928 à 1940) et les allemands attendent derrière la ligne Siegfried (construite face à la ligne Maginot en 1938 en violation du traité du Versailles). C'est la "drôle de guerre".

 

La blitzkrieg en Pologne (1939)

 

2. L'Allemagne à la conquête de l'Europe

 

Au printemps 1940, après plusieurs mois de "drôle de guerre", l'Allemagne reprend son offensive militaire et achève sa conquête du continent européen (enfin, presque...).

- À partir d’avril 1940, Hitler envahit le Danemark puis la Norvège. Le 10 mai 1940, il attaque les Pays-Bas, la Belgique et la France. La Wehrmacht reprend sa stratégie de la blitzkrieg et l'emporte facilement : elle rentre dans Paris le 14 juin  et l'armistice est signé avec Pétain le 22 juin (dans la clairière de Rethondes, dans le wagon où fut signé l'armistice du 11 novembre 1918!).

- De juillet 1940 à mai 1941, la bataille d'Angleterre oppose les armées de l'air britannique (Royal Air Force) et allemande (Luftwaffe). Hitler cherche à détruire les capacités aériennes anglaises et à terroriser la population par des bombardements massifs (sur Londres et Coventry notamment) afin de faciliter l'invasion de l'île. Emmenés par leur premier ministre Winston Churchill, les britanniques résistent : c'est le premier échec militaire d'Hitler. 

- A partir de la fin de 1940, le conflit s'étend aussi à la Méditerranée et à l'Afrique du nord où le général Rommel, à la tête de l'Afrika Korps, combat contre les anglais (Égypte et Libye) pour le contrôle de cette zone stratégique (pétrole, canal de Suez...).

- Le 22 juin 1941, Hitler, en quête de succès après l'échec de la Bataille d'Angleterre, lance l'opération Barbarossa. Il rompt le pacte de non-agression et concentre ses forces contre l'URSS. Alors que presque plus aucun combats ne sont à signaler sur le front ouest, l'armée allemande pénètre rapidement dans le territoire russe et  atteint les portes de Moscou et de Leningrad au début de l'hiver. La guerre se joue désormais à l'est.

 

L'expansion de l'Axe eu Europe (1939-42).

 

3. L'expansion japonaise dans le pacifique.

 

A l'instar de l'Allemagne qui contrôle presque toute l'Europe occidentale, le Japon reprend ses offensives militaires en vue d'assoir sa domination sur l'Asie Pacifique.

- Le 27 septembre 1940, le Japon (déjà signataire du pacte anti-komintern en 1937) rejoint l'Axe en signant le "pacte tripartite" avec l'Allemagne et l'Italie. On parle dés lors de "l'Axe Rome-Berlin-Tokyo".

- En septembre 1940, le Japon, profitant de la défaite française, envahit l'Indochine puis s'attaque au pays d'Asie du sud-est (Thaïlande, Malaisie, Birmanie, Philippines et Indes orientales néerlandaises) à la fin de 1941. La supériorité militaire japonaise est indéniable et permet à l'empire nippon de dominer la région.

- Le 7 décembre 1941, l'armée de l'empereur Hirohito bombarde la base américaine de Pearl Harbor dans l'archipel d'Hawaï. Près de 200 avions sont détruits et plus de 2000 soldats américains sont tués. Le lendemain, les États-Unis déclarent la guerre au Japon.

 

Attaque japonaise sur la base militaire américaine de Pearl Harbor (Hawaï), 7 décembre 1941.

 

C - La contre-offensive et la victoire des Alliés.

 

1. 1942 : le tournant de la guerre

 

A partir de 1942, l'avancée des puissances de l'Axe est stoppée par les forces Alliées qui entament alors la reconquête.

- Dans le pacifique, l'entrée en guerre des États-Unis met un terme aux succès  japonais. L'armée du général Douglas McArthur remporte ainsi les batailles de la mer de Corail (mai 1942), de Midway (juin 1942) et de Guadalcanal (aout 1942 - octobre 1943).

- Sur le front est, la Wehrmacht connait aussi ses premiers revers. Elle ne parvient à prendre Moscou ni Leningrad et se fait encercler à Stalingrad par l'armée rouge. Le général Friedrich Paulus capitule le 2 février 1943 après 6 mois de combats acharnés.

- En Afrique du nord, les troupes du général Rommel (surnommé "le renard du désert") sont battues par les britanniques à El-Alamein (Égypte, novembre 1942). En novembre 1942, les troupes anglo-américaines débarquent au Maroc et en Algérie, prenant ainsi l'armée allemande en tenaille.

La supériorité militaire des Alliés (largement liée à l'effort de guerre américain) permet de stopper l'avancée des puissances de l'Axe et d'entamer la reconquête.

 

Bataille de Midway (juin 1942)

 

Le centre ville de Stalingrad, le 2 février 1943.

 

2. La victoire des Alliés en Europe.

 

Pris en étau entre l'armée rouge à l'est et les forces anglo-américaines à l'ouest, l'armée allemande ne peut conserver les territoires conquis et se replie progressivement...

- Les Alliés organisent tout d'abord un débarquement en Sicile en juillet 1943. Ils lancent ensuite l'opération Avalanche (septembre 1943) qui permet de libérer la péninsule italienne et entraine la chute de Mussolini.

- Staline, Roosevelt et Churchill se retrouvent à Téhéran en novembre 1943 pour décider d'une action conjointe : les anglo-américains s'engagent à ouvrir un nouveau front à l'ouest alors que les soviétiques prévoient d'attaquer sur le front est.

  • Le débarquement a lieu en Normandie le 6 juin 1944 (opération Overlord) puis en Provence le 15 août : les troupes alliées, commandées par Dwight Eisenhower, libèrent la France (elles entrent dans Paris fin août) puis franchissent le Rhin en mars 1945.
  • L'opération Bagration menée par les soviétiques sur le front est débute le 22 juin 1944 : l'armée rouge libère les pays baltes, la Biélorussie et une partie de la Pologne en moins de trois mois. Elle se dirige ensuite l'Allemagne et les Balkans.

- Le 25 avril 1945, les armées américaines et soviétiques font leur jonction sur l'Elbe. Le 30, l'armée rouge s'empare de Berlin : Hitler se suicide dans son bunker et l'Allemagne signe une capitulation sans condition le 8 mai 1945. La guerre est finie en Europe...

 

La libération de l'Europe par les alliés (1943-45)

 

"Le drapeau rouge sur le Reichstag", photographie d'Evgueni Khaldeï prise le 2 mai 1945 sur le toit du palais du Reichstag à Berlin.

 

3. La capitulation du Japon et la fin de la guerre.

 

Les américains reprennent progressivement les territoires conquis par les japonais mais se heurtent à la résistance acharnée des troupes nippones.

- Les américains reprennent une à une les îles tenues par les japonais. Ces-derniers opposent une résistance farouche, préférant souvent mourir plutôt que de se rendre, comme en témoigne la multiplication des missions-suicides des kamikazes ou la bataille d'Iwo Jima (entre février et mars 1945), une des plus sanglantes de la guerre du Pacifique, où seul un millier de soldats nippons survécurent (sur 22 000 combattants).

- L'aviation américaine multiplie ensuite les bombardements sur les grandes villes japonaises, notamment sur Tokyo qui est totalement dévastée à la fin de la guerre.

- Le président Harry Truman décide alors, afin d'éviter de nouvelles pertes humaines et d'exposer au monde la supériorité militaire des États-Unis, d'employer l'arme nucléaire (élaboré depuis 1939 dans le cadre du projet Manhattan). Les villes d'Hiroshima et de Nagasaki sont bombardées les 6 et 9 août 1945. Le 2 septembre, l'empereur Hirohito  signe la reddition du Japon. La guerre est finie.

 

La guerre du Pacifique (1941-45)

 

"Raising the Flag on Iwo Jima", photographie prise le 23 février 1945 sur le mont Suribachi (Iwo Jima).

 

 

Hiroshima, août 1945

 

Vocabulaire :

Alliés / Axe / blitzkrieg /expansionnisme / impérialisme / kamikaze.

 

Rédigé par Team Histoire-Géo

Publié dans #cours histoire

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article