Le plan de partage contesté de la Palestine (lepoint.fr / AFP)

Publié le 9 Avril 2021

"Il y a 70 ans, un plan de partage contesté de la Palestine"

 

La Palestine d'après le plan de partage de l'ONU  (1947)

 

"Le 29 novembre 1947, il y a 70 ans, l'Assemblée générale de l'ONU adoptait le plan de partage de la Palestine en deux États, juif et arabe, qui a permis la réalisation du projet sioniste, mais a constitué pour les Palestiniens le début d'une longue période tragique de leur histoire. Ce vote historique des Nations unies donnera naissance six mois plus tard, le 14 mai 1948, à la création de l’État d'Israël. En revanche, l’État palestinien indépendant n'a toujours pas vu le jour.

 

Le dossier palestinien confié à l'ONU

Après la seconde guerre mondiale, la Grande-Bretagne n'arrive plus à maîtriser la situation en Palestine sur laquelle elle avait reçu un mandat de la Société des Nations en 1922. Le génocide juif, l'entrée en scène des États-Unis au Proche-Orient, la création de la Ligue Arabe et la pression exercée par les groupes clandestins sionistes armés notamment ont radicalement modifié le contexte local et international. Londres confie en février 1947 le dossier palestinien aux Nations unies.

 

L'hôtel King David détruit par un attentat à la bombe visant les bureaux des autorités britanniques perpétré par l'organisation extrémiste juive de l'Irgoun, le 22 juillet 1946 à Jérusalem.


Un vote de trois minutes

Le 29 novembre 1947, l'Assemblée générale de l'ONU à New York vote le partage de la Palestine. La résolution 181 est adoptée par 33 voix pour (dont les États-Unis, l'Union soviétique et la France), 13 voix contre (dont les États arabes) et dix abstentions (dont la Grande-Bretagne). Le vote n'a pas duré plus de trois minutes.

La Palestine, où vivent alors 1.300.000 Arabes et 600.000 Juifs, est divisée en trois entités qui doivent devenir indépendantes le 1er août 1948. L’État juif (14.000 km2) comprend une bande allant du doigt nord de la Galilée jusqu'au bord du lac de Tibériade, le littoral central (de Haïfa à Tel-Aviv) et le désert du Néguev. Les Palestiniens conserveront trois régions (11.500 km2): l'une en Galilée occidentale, la deuxième dans la bande de Gaza avec une partie de la frontière avec le Sinaï et la troisième en Cisjordanie. Jérusalem et les localités environnantes forment un corpus separatum sous régime international spécial, administré par l'ONU.

Les juifs obtiennent ainsi 54 % du territoire, alors qu'ils ne représentent que 30 % de la population.

Le plan indique en détail les mesures à prendre pour l'indépendance dans des domaines comme la citoyenneté, le droit de transit, l'union économique et la déclaration que doit formuler le gouvernement provisoire de chacun des États proposés concernant l'accès aux lieux saints et les droits des communautés religieuses et des minorités.

 

La Palestine, 1948-49 (monde-diplomatique.fr)

 

États-Unis et URSS : un front commun

Londres, bien qu'à l'origine de la convocation de cette session spéciale de l'Assemblée générale, refuse de participer à la mise en œuvre du plan. Le Royaume-Uni, qui n'a cessé de changer de position, est en ce moment favorable aux arabes. Mais c'est surtout parce qu'il est conscient du caractère explosif du sujet qu'il s'abstient. La France, longtemps indécise, finit par voter en faveur du plan.

Jusqu'au bout, les pays arabes à l'ONU qui réclament la création d'un "État palestinien unique, démocratique et indépendant" ont tenté de s'opposer à une partition. Mais ils se sont heurtés à une alliance inattendue en cette période de guerre froide entre les États-Unis et l'URSS, qui a permis de rallier la majorité des deux tiers nécessaire à l'adoption du texte. Alors que les Soviétiques veulent chasser les Britanniques de Palestine, les Américains ont notamment pris en compte l'influence croissante du judaïsme dans leur pays.

 

La une du journal Le Monde, 16-17 mai 1948

 

Rêve pour les uns, cauchemar pour les autres

Les dirigeants de l'Agence juive acceptent le plan, mais certains sionistes le rejettent car il est loin de correspondre au Grand Israël auquel ils aspirent. A Tel-Aviv, la communauté juive retient son souffle au moment du vote. Puis la foule, en liesse, applaudit. Chez les Palestiniens, c'est un immense sentiment d'injustice qui prévaut. Les pays arabes refusent le plan. Les incidents vont se multiplier en Palestine, chaque partie cherchant à conquérir une position de force.

Le 14 mai 1948, David Ben Gourion proclame la création de l'Etat d'Israël aussitôt après la fin du mandat britannique sur la Palestine. Le premier conflit israélo-arabe éclate le lendemain. A la fin du conflit, Israël occupe 78 % de la Palestine mandataire. Plus de 760.000 Palestiniens prennent la route de l'exode.

Lors du conflit de juin 1967, Israël occupera, outre le Golan syrien et le Sinaï égyptien (restitué à l’Égypte en 1982), la Cisjordanie, Jérusalem-Est, qu'il annexera plus tard, et la bande de Gaza, dont il s'est retiré unilatéralement en 2005.

lepoint.fr / AFP, le 25-11-2017

 

Source : https://www.lepoint.fr/monde/il-y-a-70-ans-un-plan-de-partage-conteste-de-la-palestine-25-11-2017-2174983_24.php#

Rédigé par Team Histoire-Géo

Publié dans #Histoire monde

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article