L'Ukraine par les cartes

Publié le 6 Mars 2022

L'Ukraine par les cartes

 

 

Alors que l'Ukraine est actuellement sous le feu de l'armée russe, voici quelques cartes pour aider à comprendre les raisons profondes et immédiates de ce conflit fratricide.

 

Carte #1 : le Rus' de Kiev (882-1240).

Il s'agit de la plus ancienne entité politique commune à l'histoire des trois États slaves orientaux modernes (Biélorussie, Russie et Ukraine), souvent considérée comme le cœur historique de l'Empire Russe. (larousse.fr)

 

Carte #2a : la formation de l'Empire russe (du XIVème au début du XXème siècle).

 

Carte #2b : la formation de l'Empire Russe (1698-1900)

L'Empire Russe trouve son origine dans la Principauté  de Moscou (1263-1328) puis Grande-Principauté (1328-1547). En 1547, Ivan IV dit le Terrible prend le titre de « tsar de toutes les Russies », revendiquant ainsi au profit unique de Moscou la totalité de l'héritage de la principauté de Kiev. En 1721, l'État moscovite devint l'Empire de Russie. (l'histoire.fr / larousse.fr)

 

Carte #3 : l'URSS (1922-1991).

Héritant de la plus grande partie du territoire de l'ancien Empire russe, l'URSS a été le pays le plus étendu du monde (22 402 200 km2), comptant plus de cent « nationalités » recensées, une soixantaine de langues et cinq religions. La population totale était estimée à 288 millions en 1990. La République Socialiste Soviétique d'Ukraine était la 2ème république fédérée de l'URSS par sa population (18%) et la 3ème par sa superficie (3% du territoire). (larousse.fr)

 

Carte #4 : l'Ukraine de 1921 à 1991

Après leur victoire dans la guerre civile et leur défaite contre la Pologne, les bolcheviks prennent le contrôle d'une Ukraine aux frontières remaniées par le traité de Riga (1921), qui devient l'un des États fondateurs de l'URSS en décembre 1922. En septembre et octobre 1939, après le partage de la Pologne entre l'Allemagne nazie et l'URSS stalinienne, les régions polonaises à forte minorité ukrainienne (comme la Galicie et Lwow, aujourd'hui Lviv) sont annexées par l'URSS et incorporées au sein de l'Ukraine occidentale. En juin 1940, c'est le tour de la Bucovine du Nord et du Boudjak, pris à la Roumanie d'être pris par l'URSS. En 1944, l’Armée rouge libère la plus grande partie de l’Ukraine et en juin 1945, la Ruthénie subcarpathique, prise à la Tchécoslovaquie, rejoint à son tour l’Ukraine soviétique. En 1954, Nikita Khrouchtchev, qui a passé sa jeunesse en Ukraine, transfère la péninsule de Crimée à la République soviétique socialiste d'Ukraine. (l'histoire.fr)

 

Carte #5 : l'éclatement de l'URSS (1991)

En 1991, l'URSS se disloque et nombreuses républiques socialistes retrouvent leur indépendance. Celle de l'Ukraine est proclamée le 24 août 1991 et confirmée par le référendum du 1er décembre 1991 (92 % des électeurs votent en faveur de l'indépendance). L'Ukraine devient l'un des membres fondateurs de la Communauté des États indépendants. (jmgleblog.com).

 

Carte #6 : les langues en Ukraine.

Du point de vue linguistique, de nombreuses régions de l'est et du sud de l'Ukraine sont (très) majoritairement russophone. D'une manière générale, presque toute la population est bilingue (les deux langues sont en outre très proches). On trouve également d'autres langues minoritaires comme le roumain, le hongrois, le polonais, le tatar de Crimée ou encore le gagaouze bulgare. Aujourd’hui, 68% des Ukrainiens considèrent l’ukrainien comme leur langue maternelle, plus de 80% font leurs études en ukrainien, mais seuls 50% le parlent à la maison. Et encore moins, 39% seulement, l’utilisent au travail. (herodote.net)

 

Carte #6 : l'extension de l'OTAN

A la suite de la dislocation de l'URSS, les États-Unis ont cherché à étendre leur zone d'influence en intégrant d'anciens pays du bloc soviétique à l'Organisation du Traité Atlantique Nord. Sur le plan du droit international, l'élargissement de l'OTAN vers l'Est ne viole aucun traité mais va à l'encontre des négociations et des accords verbaux conclus entre les représentants russes, européens et américains dans les années qui suivirent la disparition de l'URSS et du bloc soviétique. Ces extensions constituent surtout pour la Russie une réduction de la sphère d'influence de l'ancienne superpuissance sur sa frontière occidentale.

 

Carte #7a : l'Ukraine, au cœur des importations européennes de gaz russe.

 

Carte #7b : l'Ukraine, au cœur des importations européennes de gaz russe.

La Russie est le premier fournisseur de gaz naturel de l'UE (avec 40 % des importations, ce qui représente 19 % de la consommation totale de gaz de l'Union européenne) et le deuxième fournisseur de pétrole (avec 20 % des importations et 16 % de la consommation totale). La dépendance énergétique à l'égard de la Russie varie cependant fortement entre les pays. Si de nombreux pays d'Europe centrale ou orientale dépendent entièrement de la Russie pour leur approvisionnement en gaz, comme la Slovaquie ou les Pays Baltes, la part du gaz russe est de 80 % en Pologne, 65 % en Autriche, 37 % en Allemagne et en Italie et 24 % en France. Cette dépendance énergétique de l'UE vis-à-vis de la Russie devrait fortement s'accroître dans les prochaines années, notamment en matière de gaz compte tenu de la hausse de la consommation dans l'Union européenne et de l'épuisement du gisement gazier en Mer du Nord.

 

Carte #8a : l'Ukraine, un État tiraillé entre deux zones d'influence.

 

Carte #8b : l'Ukraine, un État tiraillé entre deux zones d'influence.

 

Carte #9a : le conflit avec la Russie (2014)

Le conflit russo-ukrainien débute le 21 novembre 2013 à la suite de la décision du gouvernement ukrainien de ne pas signer l'accord d'association entre l'Ukraine et l'Union européenne. Des manifestations de grande ampleur se déclenchent alors et aboutissent le 22 février 2014 à la fuite puis à la destitution du président ukrainien Viktor Ianoukovytch. En réaction, des groupes armés prennent le contrôle du Parlement de Crimée, qui élit un nouveau Premier ministre favorable à l'union avec la Russie. Un référendum, organisé sous le contrôle de la Russie, aboutit à un vote favorable au rattachement de la Crimée à la Russie, provoquant une crise diplomatique internationale. Plusieurs autres provinces ukrainiennes à forte population russophone, notamment le Donbass, connaissent des soulèvements similaires et organisent à leur tour des référendums d'autodétermination afin de se séparer du gouvernement ukrainien en place. Ces derniers évènements débouchent sur la guerre du Donbass, la Russie, pays frontalier, étant accusée de soutenir militairement les insurgés en y menant une guerre hybride.

 

Carte #9b : le conflit avec la Russie (2022)

Le 21 février 2022, dans le cadre de la crise russo-ukrainienne de 2021-2022, lors d'une allocution télévisée, le président russe Vladimir Poutine annonce la reconnaissance russe de l'indépendance des républiques populaires autoproclamées de Donetsk et Lougansk et les forces armées russes envahissent l'Est de l'Ukraine contrôlé par les séparatistes pro-russes. Le 23 février, le président Vladimir Poutine annonce lancer une opération militaire en Ukraine. Dans la nuit du 23 au 24, le territoire ukrainien est bombardé et les troupes russes commencent l’invasion du territoire ukrainien.

 

Rédigé par Team Histoire-Géo

Publié dans #Histoire monde, #Cartographie

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article