Repères: l'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale

Publié le 22 Octobre 2014

Dates-clés

Repères sur la Seconde Guerre mondiale en France

  • mai-juin 1940 débâcle française >22 juin 1940, Armistice

  • jullet 1940, Pleins Pouvoirs au Maréchal Pétain créant l'Etat français ; influence croisante de Pierre Laval à ses côtés

  • oct 1940 : 1er statut des Juifs, puis rencontre de Montoire et début officiel de la Collaboration

  • 16 juilet 1942, rafle du Vel d'Hiv : 12 000 Juifs arrêtés par la police parisienne, femmes et enfants en majorité

  • 1942-43 : occupaton de la Zone Libre, création de la Milice (police politique française)

  • Bilan : 76 000 Juifs français déportés (25% des Juifs français) et 0,5 millions de morts, 3 fois moins que la PGm

I 1945-années 1960 : le mythe résistancialiste, ou l'histoire refoulée

  • 1944-46 et 1958-69 (présidence de de Gaulle) : commémorations nbses, par ex au Mont Valérien (ouest de Paris, nbx réssitants y furent emprisonnés et fusillés) > discours en 1945, monument en 1960...

  • (1946) La bataille du rail (film, René Clément) = héroisation de la résistance

  • (1947) Si c'est un homme (livre, Primo Levi) : aucun succès

  • (1951-54) Loi d'Amnistie des faits de collaboration

  • (1954) Histoire de Vichy (livre de l'historien Robert Aron)> idée que De Gaulle et Pétain ont joué un rôle complémentaire pour la défense de la France, comme « le glaive » et le « bouclier », en minorant la collaboration (p. 103)

  • (1955) Nuit et Brouillard (film documentaire, Alain Resnais) : la déportation a touché essentiellement les résistants (amalgamés aux Juifs). Censure sur les détails montrant la collaboration française. p. 100-101

II Années 1970 - 1995 : la mémoire retrouvée, grâce à la critique historique

  • 1961 Procès Eichmann (Israël, haut responsable nazi) = émergence de la mémoire du génocide juif, idée qu'on peut et doit en parler

  • 1970 Mort de de Gaulle

  • (1971) le Chagrin et la Pitié (film, Marcel Olphus) = documentaire qui révèle le quotidien des Français sous l'occupation et la collaboration = brise l'image d'une Fce unanimement résistante et héroïq. Refusé TV. Gd succès en salle. p. 92/1

  • (1973) La France de Vichy (Livre de l'historien Robert Paxton) = rôle actif de la Fce ds la déportat° et les répress° p. 93/2

  • 1985 Shoah (film documentaire, Claude Lanzmann) = mémoire des persécut° juives (fondée sur des témoignages contemporains sans film d'archives) ; p. 95/4

  • MAIS AUSSI - 1982 Papy fait de la résistance (film, Jean-Marie Poiré) : dérision de la résistance

  • Années 1980, essor des thèses négationnistes > poursuites d'anciens pro-nazis (Serge Klarsfeld p. 92 et 103)

  • (1987) Procès télévisé de Klaus Barbie (chef all de la Gestapo à Lyon > crime contre l'humanité, prison à perpétuité)

  • 16 juill 1990 Loi Gayssot contre le négationnisme, révisée en 2011 pour tous les génocides.

  • (1994) Procès télévisé de Paul Touvier (chef fr. de la Milice lyonnaise ; plusieurs fois gracié ou protégé > perpétuité)

III Depuis 1995 : des mémoires pacifiées par l'histoire

  • 1995 Discours du PdR J. Chirac au Vel d'Hiv (p.93, 4/6) = reconnaissance officielle de la responsabilité de la Fce dans la déportation des Juifs

  • (1997-98) procès Maurice Papon (Secr Général de la Préfecture de Bordeaux ; ) (p. 98-99, ntmt 99/6) 10 ans de réclusion pour complicité de crime contre l'humanité)

  • 6 juin 2014, 70e anniversaire du débarquement : « la commémoration de la paix », plus 20 chefs d'Etat et de gvt, dont l'Américain Barack Obama, le Russe Vladimir Poutine, la reine d'Angleterre et l'Allemande Angela Merkel, en hommage à "toutes les victimes du nazisme"

Notions-clés (en italiques, des détails en plus)

  • commémorer : célébrer publiquement un souvenir > faire entrer dans la mémoire collective (par un monument, un discours etc.)

  • épuration : répression (1944-47) des collaborateurs : sauvage (exécution de 9 000 collabos été 44), puis légale avc 130 000 procès officiels > 1500 exécutions et 40 000 emprisonnements , dont celui de Pétain

  • HISTOIRE : étude objective du passé = approche critique et scientifique, à vocation universelle.

  • MEMOIRE : souvenir subjectif du passé = approche sélective et partiale ; peut être individuelle ou collective

> devoir de mémoire : idée qu'un Etat doit entretenir le souvenir de certaines souffrances passées, au contraire de l'amnistie, acte juridique qui exige d'oublier, donc interdit d'évoquer ou de sanctionner des fautes passées.

> loi mémorielle : lois imposant le point de vue de l'Etat sur l'histoire (loi Gayssot en 1990 revue en 2011 ; lois 2001 sur le génocide arménien et sur l'esclavage. 2005 sur la colonisation)

  • mythe résistancialiste : (avec un c) idée développée par de Gaulle, mais aussi les communistes, selon laquelle les Français auraient unanimement résisté pdt la SGm (cf discours Paris libéré)

  • nation : la population d'un pays en tant qu'elle est unifiée par une culture et un projet poltq communs

  • négationnisme : négation de l'existence des chambres à gaz > du génocide > du crime commis contre l'humanité (Idée développée par l'université de Lyon dans les années 1980 , qui a suscité, en réaction, les procès et la loi Gayssot)

  • repentance : reconnaissance et excuses officielles pour une faute.

Rédigé par Team Histoire-Géo

Publié dans #Repères, #cours histoire

Repost 0
Commenter cet article